<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=44935&amp;fmt=gif">

Comment éliminer les pensées négatives au travail grâce à la psychologie du sport

pensées négatives

Lors de la finale NBA de 1998, alors qu'il ne restait que 18 secondes de jeu, Michael Jordan a dérobé le ballon à son adversaire et a mis le panier de la victoire de son dernier match avec les Chicago Bulls.

Ce moment crucial restera l’un des plus grands de l’histoire du sport. Mais le plus impressionnant, mis à part le côté visuel, c’est ce qui se passait hors du terrain de jeu —plus précisément ce qui se passait dans la tête du joueur.

"Quand j'ai intercepté ce rebond, mes pensées étaient très positives", a expliqué Jordan ultérieurement, selon le livre The Mindful Athlete (ou, en français, L'athlète conscient) de George Mumford, son psychologue du sport à l'époque. Jordan et toute son équipe avaient commencé à travailler depuis des années avec Mumford à la pratique de la pleine conscience, notamment en maîtrisant le pouvoir de la pensée positive.

Qu'est-ce que la pensée positive ?

L'auto-persuasion, c'est tout ce que vous vous dites, que cela soit dans votre tête ou à voix haute. Il peut s'agir d'affirmations positives telles que «Je peux le faire» ou «Je vais gagner» ou négatives, telles que «Je me trompe tout le temps» ou «Je vais échouer».

Le discours d'auto-persuasion est assez naturel, mais l'ignorance de ses effets peut nuire à votre performance. Maîtriser la pensée positive fait déjà grandement partie du milieu sportif. Pourquoi des athlètes célèbres tels que Michael Jordan, Tom Brady et Tiger Woods travaillent-ils avec des psychologues du sport et des entraîneurs mentaux pour exercer leur cerveau à mieux réagir au stress ? Parce qu'ils savent qu'un match se gagne en grande partie grâce au mental.

Et si les pensées négatives d'un athlète influencent ses performances sur le court ou sur le terrain, pourquoi n'en serait-il pas de même pour votre efficacité professionnelle ?

Comment les pensées négatives vous affectent-elles ?

1. Elles peuvent vous faire déprimer.

Les thérapeutes savent que l’un des principaux éléments à rechercher chez un patient potentiellement déprimé est la présence de ces pensées négatives. En fait, l’infirmière Jaclene Zauszniewski a mis au point un questionnaire basé sur huit thèmes destiné aux professionnels de la santé, permettant de détecter si une personne est susceptible de déclarer une dépression clinique. L'un des principaux indicateurs de dépression ? Les pensées négatives excessives.

2. Elles peuvent vous rendre anxieux.

Une étude menée sur des enfants âgés de 8 à 18 ans a montré que les pensées négatives comptaient parmi les indicateurs les plus puissants de l'anxiété. Une autre étude portant sur des jeunes conseillers a révélé qu’il existait une corrélation entre des pensées négatives et un niveau élevé d’anxiété, que des pensées positives étaient associées à un niveau d’anxiété réduit et à de meilleures performances lors des entretiens.

3. Elles peuvent vous faire échouer.

Dans une étude sur le tennis, les chercheurs ont regardé 24 joueurs de tennis lors de matches de tournoi et ont enregistré leurs discours, leurs gestes et leurs scores. Par la suite, les joueurs ont également évoqué les pensées qu'ils avaient eu durant le match. Ces chercheurs ont découvert que les pensées négatives étaient associées à la défaite et que les joueurs de tennis qui positivaient leurs pensées marquaient plus de points.

De plus, une étude sur les catcheurs professionnels en lice pour des places dans les équipes de catch canadiennes a montré que les athlètes qui finissaient par se qualifier avaient moins de pensées négatives une heure avant la compétition par rapport à ceux qui ne se qualifiaient pas.

Donc, si les pensées négatives sont défavorables, les pensées positives sont-elles, par opposition, utiles ? Voyons ce que la science a à dire.

Le pouvoir des pensées positives

Tandis que les pensées négatives sont liées à la dépression, au stress et à la défaite, les pensées positives sont associées à une amélioration de votre performance et de votre humeur. Et s'il peut sembler étrange de « parler gentiment avec soi-même», la recherche scientifique pourraient vous faire changer d'avis, preuves à l'appui.

pensées positives

1. Elles peuvent améliorer votre santé.

Une étude portant sur des enfants du primaire a révélé que les pensées positives étaient associées à une bonne estime de soi. Une étude danoise a également montré que les patients cardiaques qui pensaient positif avaient plus de chance d'être toujours en vie cinq ans après, ce qui s'expliquerait peut-être par le fait que les patients optimistes sont davantage enclins à faire de l'exercice.

Si vous avez l'habitude de vous dire sans cesse : «Je suis incompétent» ou «Je vais me faire virer», il s'ensuit un sentiment d'inutilité, ce qui aura une influence sur votre état d'esprit et votre efficacité au travail. Comme vous l'avez vu plus tôt, les pensées négatives peuvent mener à la dépression. Et sur le lieu de travail, la dépression coûte environ 44 milliards de dollars par an en perte de productivité.

Positivez vos pensées en vous disant par exemple «tu vas progresser» et «regarde où tu en est par rapport à l'année dernière» pour vous donner une vision plus optimiste et ainsi vous encourager à trouver des possibilités d'amélioration.

2. Elles peuvent augmenter votre efficacité.

Dans une revue sur le thème de la pensée positive et de l'image mentale, des chercheurs de l'université de l'Arizona ont suggéré qu'une gestion de la pensée constructive, qui inclut les pensées positives, peut améliorer l'efficacité des employés et de l'entreprise.

Dans une étude sur le water-polo, deux expériences ont permis de tester différents types de discours intérieurs très spécifiques : l'instructif et le motivationnel. Dans la première expérience, les participants effectuaient une tâche de précision consistant à lancer la balle vers une cible, tandis que dans la deuxième expérience, ils effectuaient une tâche de puissance consistant à lancer la balle le plus loin possible. Les chercheurs ont constaté que, lorsque la précision était nécessaire, la pensée instructive («les coudes levés» et «la main suit le ballon») était la plus utile. Mais lorsqu'il fallait faire preuve de force, la pensée motivationnelle («je peux y arriver») fonctionnait mieux.

Donc, si vous êtes nerveux lorsque vous lancez une idée à des investisseurs potentiels, les phrases telles que «respire profondément» et «souviens-toi des arguments que tu as testé» sont des exemples de pensée instructive qui vous aideront à donner le meilleur de vous-même. Mais si vous effectuez une tâche qui ne demande pas beaucoup de réflexion, telle que l’organisation de fichiers ou la saisie de données, il vous suffit de vous dire «je peux le faire».

3. Elles peuvent vous aider à décrocher un emploi.

Une étude a été menée sur les cadres au chômage. Deux groupes ont été formés. Le premier a reçu une formation pour éliminer les pensées négatives, tandis que le groupe témoin n'a reçu aucune formation. Neuf mois plus tard, 50% de ceux qui avaient été formés pour penser positif avaient retrouvé un emploi, contre seulement 1% du groupe témoin.

Conclusion : le fait de penser positif peut vous aider à renforcer votre confiance en vous et à vous donner le petit coup de pouce en plus nécessaire pour décrocher l'emploi de vos rêves.

Comment éliminer les pensées négatives au travail ?

Maintenant que vous voyez à quel point le discours intérieur négatif peut être néfaste, examinons les stratégies que vous pouvez utiliser pour lutter contre ce problème sur le lieu de travail.

1. Ressentir une certaine anxiété est normal

Si votre cœur bat la chamade avant une présentation d’équipe, au lieu de vous énerver davantage, prenez conscience que ce que vous ressentez est naturel.

Une étude sur des coureurs de cross a révélé que ceux qui ressentaient de l'anxiété avant la compétition et considéraient cette émotion comme utile avaient moins de pensées négatives pendant la compétition par rapport à ceux qui percevaient l'anxiété avant la compétition comme néfaste. Les chercheurs de l'étude ont conclu qu'il pourrait être utile de reconnaître l'anxiété avant une compétition comme une réponse normale à une situation stressante.

Donc, la prochaine fois que vous arriverez devant la salle de conférence, prenez une profonde inspiration, prenez conscience de votre anxiété, acceptez-la et votre présentation sera brillante.

2. Défiez vos pensées négatives

En thérapie cognitivo-comportementale, une technique qui aide les patients à réduire leur anxiété consiste à remettre immédiatement en question une pensée négative.

Par exemple, si vous êtes sur le point de passer un entretien d'embauche et que vous avez une pensée négative automatique comme: «Je n'ai pas les qualifications nécessaires», renversez la situation et demandez-vous : «M'auraient-ils appelé pour un entretien si je n'étais pas qualifié/e ?"

Si vous remettez en question vos pensées négatives, vous allez commencer à comprendre que beaucoup d’entre elles sont irrationnelles ou fausses. Et vous les éliminerez ainsi facilement.

3. Parlez à vous-même comme à votre meilleur ami

Il est intéressant de noter que nous ne dirions jamais à quelqu'un que nous aimons toutes ces choses cruelles que nous disons pourtant à nous-mêmes. Dés lors, une tactique utile pour éliminer les pensées négatives consiste à se parler comme on parlerait à son meilleur ami.

penser positif avec ses amis

Si vous trouvez cela difficile, essayez de parler à vous-même à la troisième personne, cela peut vous aider. LeBron James s’est rendu célèbre lorsque, dans une interview à ESPN, il a annoncé sa décision de rejoindre les Miami Heat, en déclarant : "Je voulais faire ce qu’il y avait de mieux pour LeBron James et faire ce qui le rend heureux."

Le psychologue Ethan Kross, qui regardait cette interview intéressante, a décidé d’analyser en sept études, la façon dont LeBron James se servait de la «distanciation de soi» . Il a mis en évidence que le fait de parler de soi à la troisième personne peut réellement améliorer votre capacité à réguler vos pensées et vos sentiments. Et lorsqu'il s'agit de l'appliquer à un événement anxiogène, cela peut vous aider à considérer celui-ci comme moins effrayant.

Bien que cela paraisse bizarre de vous parler à la troisième personne, l'utilisation de la distanciation de soi peut vous aider à être plus indulgent envers vous-même.

4. Comment positiver sa pensée en s'exerçant

Parfois, il ne suffit pas de se débarrasser d’une mauvaise habitude ; il faut la remplacer par une bonne. Alors voici comment éliminer les pensées négatives: si vous avez l'habitude de parler défavorablement avec vous-même, remplacez ces pensées négatives par des pensées positives. Mettez-les en pratique régulièrement jusqu'à ce que penser positif devienne votre nouvelle habitude.

Vous vous souvenez de l'étude sur le water-polo ? Si la tâche que vous êtes sur le point d’exécuter requiert une certaine précision, comme par exemple manipuler des chiffres pour une prévision statistique, vous avez peut-être besoin d'une pensée instructive. Toutefois, si la tâche que vous êtes sur le point d'accomplir demande de la force physique, telle que le transfert des stocks dans un magasin, la pensée motivationnelle fonctionnera sans doute bien mieux.

Dans les deux cas, éliminer les pensées négatives automatiques et les remplacer par des pensées positives devrait vous permettre de rester concentré/e sur la tâche à accomplir.

Et maintenant, au travail ! (Et soyez indulgent/e avec vous-même)

Même si vous n'éprouvez pas le stress de marquer le but de la victoire, vous pouvez vous inspirer de la psychologie du sport des athlètes professionnels et positiver vos pensées pour remporter de grosses victoires dans votre carrière et peut être obtenir le job de vos rêves.

Vos pensées dictent vos actes ; la science l'a démontré à maintes reprises. Pour cela, il est important que vous compreniez et contrôliez vos pensées. Pour récapituler, il y a quatre façons de le faire :

  1. Reconnaître l’anxiété comme une réponse normale à une situation stressante.

  2. Défiez vos pensées négatives. Si vous avez besoin d’outils gratuits pour le faire, consultez ce tableau des pensées négatives automatiques.

  3. Parlez à vous-même comme vous parleriez à votre meilleur ami.

  4. Prenez l'habitude de parler de façon positive.

Si vous voyez que vous avez encore des pensées négatives et peu utiles tout au long de votre journée de travail—courage. L’objectif n’est pas d’éliminer complètement les pensées négatives de votre esprit, mais de faire en sorte que vos pensées positives prévalent.

La chercheuse Barbara Fredrickson écrit dans son livre intitulé Positivity

«La positivité ne change pas simplement le contenu de votre esprit, échangeant de mauvaises pensées contre des bonnes. … Elle élargit l'éventail des possibilités.

Et cela devrait nous apporter beaucoup de choses pour nous permettre de nous sentir bien (et d'y réfléchir).


Traduit et adapté affectueusement par Claire Laribe.

Nous voulons vous entendre. Retrouvez-nous sur Twitter (@trello) ou écrivez-nous à support@trello.com.

À lire également : L'intelligence émotionnelle peut vous aider à diriger une équipe

Trello Business Class vous connecte à vos outils préférés, tels que Salesforce, Github et bien d'autres.

En Savoir plus!