<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=44935&amp;fmt=gif">

Comment stimuler son cerveau sans avoir besoin de prendre des vacances

(un indice : plasticité)

How to give your brain a break by relying on neuroplasticity

✔ Toutes les tâches à accomplir cette semaine sont terminées

✔ Le repas végétarien de lundi est organisé

✔ L’apéro et la soirée jeu sont planifiés

Lorsque vous parvenez à bout de ces petites corvées, vous vous sentez peut-être comme sur un nuage d’efficacité.

Mais, qu’advient-il lorsque le quotidien devient trop chargé ? Vous manquez un repas ou vous prenez du retard sur quelques tâches et la routine déraille. Une fissure apparaît sur le mur parfait de votre organisation bien huilée.

Il semble qu'il est temps pour vous de prendre du recul. La première chose qui vous vient à l’esprit ? Les vacances ! Après tout, vous avez travaillé dur. Vous avez, en effet, besoin de cette pause pour éviter le Burnout. C’est ce que Tim Ferriss, expert en productivité, appelle faire une séparation saine entre le travail et la vie personnelle.

Cependant, il se peut également que lorsque vous vous dites « J'ai besoin d'une pause », ce dont votre cerveau a besoin, c’est plutôt : « J'ai besoin de changement ».

Pendant des années, les neuroscientifiques se sont penchés sur les moyens d’entraîner et de restructurer les processus de pensée pour stimuler son cerveau et notamment sa productivité. Ils ont, par exemple, développé des techniques de visualisation destinées notamment aux athlètes olympiques. Un chercheur a même littéralement bouleversé sa vision du monde en portant des lunettes qui inversaient tout ce qu'il voyait. Malgré cette vision « à l’envers », il était capable, en une seule semaine, de pédaler à vélo.

La science a découvert que le cerveau est une créature versatile. En effet, non seulement le cerveau continue à grandir à l'âge adulte, mais il porte également un intérêt constant aux choses nouvelles et brillantes. En donnant à votre cerveau de nouvelles expériences ou de nouvelles activités auxquelles s’intéresser, vous lui permettez de se ressourcer. Face à une situation stressante, bloquante, en bref, à une routine qui tourne mal, ces nouveautés produisent des effets similaires à la méditation ou au fait de faire une pause.

Donc, si vous ne parvenez pas à inclure dans votre planning une escapade à la plage, continuez à vous renseigner sur les différentes manière de donner à votre cerveau des vacances sans faire votre valise. Découvrez comment stimuler votre cerveau grâce à la neuroplasticité.

Modelez votre motivation grâce à la neuroplasticité

Si la routine vous aide à être productif, alors pourquoi ressentez-vous parfois le besoin de faire une pause loin de tout ça ?

Le cerveau comprend des milliards de connections neurologiques que nous utilisons pour accomplir nos actes quotidiens. Certaines connections sont plus utilisées que d'autres. Plus vous utilisez les connections existantes et connues de votre quotidien, moins vous explorez les autres. Tout comme une promenade à l'air frais est reposante après être resté assis dans un bureau étouffant, votre cerveau n’aura pas l’occasion de respirer un bol d’air frais si vous ne lui permettez pas d’explorer un nouveau chemin de connection.

La neuroplasticité (également appelée plasticité neuronale ou plasticité cérébrale) est la capacité du cerveau à évoluer et à changer tout au long de la vie d'un individu. Le cerveau est adaptable et peut être modelé comme le plastique. Chaque fois que vous apprenez quelque chose de nouveau, qui change par la suite votre façon de penser ou de faire quelque chose, vous stimulez votre cerveau en utilisant le pouvoir de la neuroplasticité :

 


La plasticité vous aide à apprendre des choses de façon permanente et transforme votre cerveau en une éponge prête à absorber n’importe quelle connaissance. Prenons cet exemple : si votre vision s'altère, la plasticité de votre cerveau va guider vos autres sens et les aider à s’améliorer afin de compenser votre perte de vision. Vous pouvez également utiliser intentionnellement cette plasticité pour aider votre cerveau à grandir et vous sentir revigoré quand votre quotidien devient trop intense.

Pour donner à votre cerveau un repos quotidien, inspirez-vous de ce guide sur la neuroplasticité et mettez-vous dans un état d'esprit de vacances. Le mot clé ? La Nouveauté.

Selon le psychiatre Dr. Shimi Kang, un cerveau va profiter au mieux d'un repos ou de vacances quand il expérimente quelque chose de nouveau. Avec de nouvelles images, sons, odeurs ou encore activités, vous aidez votre cerveau à explorer et dynamiser de nouvelles connections. Ainsi, lorsque vous vous lancer dans ce nouveau cours de peinture, votre cerveau se repose et se calibre. Imaginez ce calibrage comme le fait de rediriger l’activité des connections les plus utilisées au quotidien. Cette redirection permet aux connections très utilisées quotidiennement de prendre une pause et de se ressourcer avant le prochain rush !

Quelques paramètres aident à qualifier une activité à des fins de neuroplasticité positive :

  • La nouvelle activité est-elle assez différente de votre quotidien ? Vous donne-t-elle l'impression de sortir de votre zone de confort et de vous orienter vers de nouvelles perspectives ? Par exemple, si vous travaillez avec des données sur un ordinateur toute la journée, vous pouvez vous lancer dans la peinture, la décoration intérieure ou le tennis. Toutes ces activités vous demandent de la créativité, une nouvelle logique ou, encore, une compétence physique inexplorée. Elles divergent de votre activité quotidienne axée sur l’utilisation des chiffres.

  • La nouvelle activité est-elle un moment de plaisir ou de stress ? Tout le monde gère le stress différemment, c'est donc une question très personnelle. Votre cerveau réagira au stress de manière négative. Tout ce qui peut agréablement vous donner une nouvelle perspective va contribuer à stimuler votre cerveau alors qu’une activité nouvelle qui vous stresse ou qui réduit votre niveau d'énergie ne donnera pas le temps à votre cerveau de se reposer et de se sentir revigoré par de nouvelles expériences.

  • Pouvez-vous accorder du temps à cette nouvelle activité sur le long terme ? Et surtout, le souhaitez-vous ? L’auteur Michael Merzenich est l’un des principaux chercheurs en plasticité cérébrale. Il explore le sujet dans son livre, Soft-Wired : How the New Science of Brain Plasticity Can Change Your Life (en français “Soft-wired : Comment la nouvelle science de la plasticité cérébrale peut changer votre vie”), et montre que, dans un premier temps, les changements sont temporaires. Votre cerveau n'acceptera le changement de façon permanente que s'il juge l'expérience suffisamment nouvelle ou intéressante, ou si le résultat de cette activité vaut la peine d’être vécu (indépendamment de la nature - bonne ou mauvaise - de ce résultat). Donc, si vous aimez dessiner des portraits, réfléchissez sérieusement à en faire un de vos passe-temps à long terme.

Le Docteur Kang souligne qu’une activité nouvelle peut être aussi simple que de lire un nouveau livre ou de connaître un endroit nouveau. Lorsque vous prenez le temps d'acquérir de nouvelles compétences qui vous intéressent à titre personnel, les bénéfices de cet apprentissage seront démultipliés. Lorsque vous atteignez des objectifs que votre esprit a jugé plus intéressants et plus satisfaisants suivant vos intérêts et vos valeurs, votre corps va libérer plus de dopamine.

Voici d'autres conseils sur comment stimuler son cerveau en apportant de la nouveauté :

  • Faites une liste des sujets ou des activités que vous avez toujours voulu essayer, puis répartissez ces activités dans une liste pour la semaine à venir et pour le mois à venir (si aucune idée ne vous vient à l’esprit, cherchez l’inspiration auprès de votre entourage et demandez quels passe-temps ou activités pratiquent-ils et pour quelles raisons)
  • Réservez dans votre calendrier un créneau pour vous déconnecter de votre quotidien et avoir du temps pour cette nouvelle activité.
  • Après avoir testé cette activité, cochez-la dans votre liste. A chaque petit objectif atteint votre cerveau stimulé libère de la dopamine, une hormone du bien-être qui va vous inciter à renouveler cette expérience.

Comment stimuler son cerveau grâce à l’effet “nouveauté”

L'effet de nouveauté est un phénomène psychologique particulièrement étrange qui met en lumière la particularité du fonctionnement de notre cerveau vis à vis du travail. Des études scientifiques ont montré qu’introduire une nouvelle technologie ou modifier un processus dans l’accomplissement d’une tâche améliore notre efficacité pour en venir à bout. Cela signifie que vous pouvez instantanément améliorer votre efficacité sur une tâche quotidienne simplement parce que votre cerveau va être plus alerte grâce au changement introduit.

Parfois, l’astuce peut se cacher derrière une simple ampoule électrique. Tout au long des années 1930, une étude sur l'éclairage optimal dans les usines a révélé qu'aucun type d'ampoule n’avait une incidence sur la productivité des travailleurs. Le simple fait de renouveler les ampoules, par contre, a incité les travailleurs à accomplir plus de travail sur un lapse de temps réduit. Ce phénomène est maintenant connu sous le nom d’« effet Hawthorne ».

Ainsi, même si vous n'êtes pas dans un endroit ou un moment propice pour prendre une vraie pause ou apprendre une nouvelle compétence, vous stimulerez votre cerveau en enrichissant votre travail actuel avec un nouveau cadre.

Le journaliste Clive Thompson stimule sa productivité en utilisant activement une stratégie « effet de la nouveauté » consistant à modifier régulièrement les applications qu’il utilise ou encore ses routines. La nature « temporaire » de cet « effet de la nouveauté » est importante. Il est nécessaire pour tirer le plus de bénéfices de ce regain d’énergie et de ses possibles effets sur la neuroplasticité, de maintenir des facteurs suffisamment changeants afin de ne pas laisser le temps à votre cerveau de s’y habituer et de se conformer à une nouvelle routine.

« C’est un fait : l'effet de la nouveauté n'est pas une imposture. Ce n'est pas une illusion. Nous éprouvons de véritables éclats de créativité ou de productivité en essayant un nouvel outil. ».

Ce n’est pas si différent des vacances. Vous avez l’impression d’avoir pris une pause qui vous permet de jeter un nouveau regard sur votre travail habituel. Cependant, les buffets à volonté et les confortables matelas d'hôtels perdent de leur attrait au fil du temps, tout comme les nouveaux outils qui ont peut-être élargi votre perspective au début, mais qui ne sont pas assez attrayants pour stimuler votre cerveau et vous aider sur le long terme. Mais après tout, n’est-ce pas bon signe lorsque vous vous sentez prêt (voir même excité) à l’idée de retourner à votre train-train quotidien après les vacances ?

Pensez à utiliser un outil de travail suffisamment souple pour prendre en compte ces moments de nouveauté, tout en aidant l’organisation quotidienne de vos diverses tâches.

Au fond, ce qui importe, c’est d’offrir à votre cerveau une existence bien équilibrée et heureuse. Il est bien évidemment important de partir en vacances, mais en attendant d’en avoir la possibilité, vous pouvez commencer de chez vous en apprenant une nouvelle langue ou en vous tissant un nouveau chapeau. Ces nouvelles activités vous permettront de lutter contre la morosité du quotidien.

Vos commentaires nous intéressent ! Écrivez-nous à support@trello.com.

À lire : Comment savoir prendre des décisions grâce à de meilleures habitudes cérébrales

Trello Business Class vous connecte à vos outils préférés, tels que Salesforce, Github et bien d'autres.

En Savoir plus!