<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=44935&amp;fmt=gif">

Transformez la jalousie au travail en une concurrence saine pour une meilleure efficacité

Jalousie au travail et estime de soi

Vous êtes en train de passer un bon moment avec un ami, après le travail, autour d´une bonne bière lorsqu´il vous annonce la bonne nouvelle : il a décroché une super promotion.

Vous êtes ravi pour lui. Vous le félicitez chaleureusement, posez quelques questions sur ce qu’il va faire, et commander une autre bière pour fêter ça.

Mais soyons honnêtes, il y a aussi une infime partie de vous qui souffre d'une intense jalousie.

Pourquoi sa carrière est-elle en progression constante alors que vous stagnez au même poste ? Est-ce que cela signifie que votre propre carrière est en train de dégringoler ? Vous aussi vous voulez un intitulé de poste qui en jette et une forte augmentation de salaire...

Malgré vos efforts pour vous montrer enthousiaste, la jalousie au travail ou dans votre vie personnelle se manifeste à chaque fois que quelqu'un autour de vous réalise quelque chose de génial.

Rassurez-vous, cela ne fait pas de vous un ami épouvantable ni un monstre. Vous êtes juste humain, et il y a une raison scientifique à ce mélange de fierté et de jalousie que vous ressentez. C'est ce qu'on appelle la théorie du maintien de l'auto-évaluation.

Une minute... Qu'est-ce que la théorie de l'auto-évaluation ?

Le psychologue social, Abraham Tesser, a été le premier à étudier ce phénomène psychologique. Il a détaillé ses conclusions dans son étude de 1988, intitulée Toward a Self-Evaluation Maintenance Model of Social Behavior -- ou en français, Vers un modèle du maintien de l’auto-évaluation du comportement social.

De grands mots pour un concept simple. La principale hypothèse de la la théorie de l'auto-évaluation est que lorsque quelqu'un réussit bien dans quelque chose, cela a un impact sur votre propre auto-évaluation – c'est-à-dire, le sens que vous donnez à vos propres compétences. Vous utilisez les personnes proches de vous comme mesure de réussite. Et, quand vous sentez que les vôtres sont inférieures, votre estime de soi en prend un coup.

Ce sentiment n'a finalement rien à voir avec ce que l'autre personne a accompli. Au contraire, comme l'explique cet article de Psychology Today (en anglais), cela ne fait que renforcer votre tendance à l'autocritique.

Par exemple, vous aimez peut-être votre modeste petite 3 pièces. Mais, lorsque votre ami vous invite à sa pendaison de crémaillère pour admirer son nouvel appartement de 300 mètres carrés, vous commencez naturellement à vous rabaisser. C'est trop petit. C'est trop vieux. C'est trop bon marché. La comparaison de votre maison avec celle de votre ami vous amène à dévaloriser tout ce que vous faites.

Mais vous ne ressentez pas cela face à n'importe qui : cela se produit davantage avec vos proches, comme vos collègues, ce qui explique à quel point la jalousie au travail est quelque chose de fréquent et naturel.

« Notre auto-évaluation est beaucoup plus menacée par nos proches qui excellent dans les domaines par lesquels nous nous définissons -- comme notre travail ou une compétence particulière -- que par des étrangers qui excellent exactement de la même manière », écrit Tim Herrera, dans un article sur la recherche d’Abraham Tesser pour le bulletin d´information Smarter Living du New York Times. "Nous nous comparons instinctivement à des personnes proches de nous, même si, paradoxalement, cela peut engendrer de l'amertume."

Vous vous comparez essentiellement aux personnes qui vous entourent, car leur proximité vous donne l´impression que vous aussi, vous pouvez obtenir les mêmes réussites. Quelqu'un que vous ne connaissez pas, ou qui habite loin de chez vous, vous « ressemble » moins, donc leurs succès vous semblent plus mystérieux.

Vous ne pouvez pas contrôler vos sentiments, mais vous pouvez contrôler vos réactions

Mais voilà le problème : vous ne pourrez probablement pas endiguer complètement ces sentiments envieux. Vous pouvez cependant contrôler la manière dont vous réagissez face à cela.

Selon Kristi Hedges de Forbes, les recherches de Sarah Hill et David Buss publiées dans l'article The Evolutionary Psychology of Envy montrent que nous réagissons de trois manières différentes à la jalousie :

  • Soumission : vous vous dites que l’autre personne est supérieure à vous-même et que cela ne sert à rien de rivaliser. C'est un acte de préservation de soi.
  • Ambition : Vous entrez dans la compétition et passez à la vitesse supérieure pour rester au même niveau.
  • Destruction : C'est là que les choses se gâtent : vous critiquez ou rabaissez la personne qui réussit.

Cette dernière conduite est évidemment la plus toxique. "Je ne ferais jamais ça", vous dites-vous maintenant, "je peux éventuellement être jaloux, mais je ne suis pas assez amer pour m’exprimer de manière à blesser ou détruire l’autre."

En êtes-vous sûr? Cette réaction est en réalité beaucoup plus courante que vous ne le pensez.

Souvenez-vous de la dernière fois qu'un membre de votre équipe a eu la reconnaissance de votre chef. Êtes-vous sûr de ne pas avoir râler auprès de vos collègues sur le fait que votre coéquipier ne reçoit des louanges que parce que c´est un fayot?

Si vous rougissez, ne vous culpabilisez pas trop, cette réaction est normale. En fait, une autre étude d'Abraham Tesser a révélé que plus les succès de nos amis menacent notre estime de soi, plus nous leur rendons les choses difficiles.

Dans cette étude, 52 paires d'amis ont participé, avec des inconnus, à un jeu pour deviner des mots. Les participants devaient choisir des indices, tour à tour pour leur ami et pour un inconnu, afin que ces derniers devinent des mots. Ils ont répété cet exercice à deux reprises dans des contextes différents :

  • Haute pertinence de jugement : Un exercice qui permettait de mesurer des compétences importantes
  • Faible pertinence de jugement : Un simple jeu, sans conséquence sur l’estime de soi / l’évaluation des compétences.

Comme vous vous en doutez, les participants ont donné des indices beaucoup plus difficiles aux personnes qu´ils ne connaissaient pas dans le contexte de faible pertinence (puisque l’exercice était perçu comme amusant et sans conséquence). D’un autre côté, les participants ont donné des indices plus difficiles à leurs amis dans le contexte de haute pertinence – là où les résultats sont perçus comme importants.

Qu'est-ce que cela signifie exactement ? Non seulement nous sommes jaloux des réussites de nos amis, mais notre envie nous pousse saboter leur succès inconsciemment.😳

Donnez une tournure positive à votre jalousie

Vous ne parviendrez sans doute pas à éteindre complètement votre jalousie, mais vous n'avez pas non plus besoin d'en arriver à cet extrême.

Il y a plusieurs façons de faire face à ces sentiments inévitables.

1. Donnez lui un nom pour l’apprivoiser 

Admettre le fait d´être jaloux peut être embarrassant. Vous préférez sourire, hocher la tête et faire semblant d'être heureux du succès de quelqu'un d'autre plutôt que de dire : «C'est génial pour elle, mais ça craint vraiment pour moi. »

Bien qu'il puisse être tentant de dissimuler votre jalousie sous des couches de ressentiment et de fausse joie, ce n’est pas forcément très sain.

Tout d´abord, sachez que le fait d´ignorer vos émotions peut réellement nuire à votre santé. “Quand l'esprit contrecarre le flux d'émotions parce que celles-ci sont trop écrasantes ou trop contradictoires, cela stresse l'esprit et le corps, ce qui crée de la détresse psychologique et les symptômes négatifs”, écrit Hilary Jacobs Hendel dans un article pour TIME, “Le stress émotionnel, comme par exemple celui des émotions bloquées, n'est pas seulement lié aux maladies mentales, mais également aux problèmes physiques tels que les maladies cardiaques, les problèmes intestinaux, les maux de tête, l'insomnie et les maladies auto-immunes. "

De plus, reconnaître et même donner un nom à vos émotions peut diminuer leur gravité.

« Donner un nom à nos émotions tend à alléger leur poids et à diminuer le fardeau qu'elles créent », explique Tony Schwartz dans un article pour le New York Times, « Le psychologue Dan Siegel fait référence à cette pratique comme « Donner un nom pour apprivoiser. »

Pour finir, vous ne pouvez pas changer ce que vous ne connaissez pas. Ainsi, le fait d'identifier ce que vous ressentez face à certaines situations vous aidera à réagir consciemment de manière différente et plus saine.

2. Notez les implications réelles

Faire une montagne de peu de choses, c´est facile. Vous n'acceptez plus, tout simplement, la réussite d'un ami et commencez à imaginer tous les effets désastreux que cela aura pour vous.

Jason est promu, mais je ne le suis pas. Si je ne suis pas promu, c´est que je dois mal faire mon boulot. Si je fais du mauvais boulot, je suis probablement à un pas de me faire virer. Et si je suis renvoyé, je n'aurai plus d'argent et je serai obligé de retourner vivre chez mes parents où je me m’apitoierai sur mon sort dans l'inconfort de ma chambre d´enfant.

Whaou. Ça vous parle ? Nous jouons tous à ce jeu "Souris, tu veux un biscuit ?" dans lequel on se retrouve toujours dans la spirale infernale des pires scénarios. C'est ce qu'on appelle une pensée catastrophique.

"Techniquement, la catastrophisation est un style de pensée exagéré, irrationnel, dans lequel vous vous laissez douloureusement dépassé par des catastrophes réelles ou imaginaires hors de proportion ", explique Bill Knaus, Ed.D., dans son article pour Psychology Today.

Lorsque vous sentez que vous plongez à nouveau dans cet abîme, faites un pas en arrière et essayez ce simple exercice : Notez les implications réelles du succès des autres sur votre vie quotidienne.

Revenons à l'exemple de votre ami qui vient d'avoir une super promotion. Quel impact cela aura-t-il sur votre quotidien ? Comment votre vie de tous les jours changera-t-elle suite à ça?

Vous allez probablement avoir du mal à penser à une seule réponse rationnelle. En fait, vous n'auriez probablement même pas remarqué que votre meilleur ami avait été promu s´il ne s'était pas assis pour vous en parler.

C'est un excellent moyen de prendre du recul, d'avoir un autre point de vue et de vous rappeler que le succès de quelqu'un d'autre ne correspond pas à votre échec.

3. Considérez cette personne comme une source d’inspiration

Enfin, dans les moments où vous êtes submergé par votre jalousie au travail, vous oubliez de réaliser quelque chose d’important : vous pourriez probablement en tirer une leçon positive et apprendre quelque chose des personnes qui réussissent autour de vous.

Supposons que vous vouliez essayer de donner des conférences et que c'est l'un de vos amis qui y parvient. Oui, ça fait mal. Cependant, c'est aussi l'occasion idéale pour en apprendre davantage sur la façon dont il ou elle est parvenu à ses fins.

Est-ce qu’il a fallu se rapprocher de quelqu'un ou attendre une occasion spéciale de créer un contact? Quels défis ont été confrontés ? Quel est son meilleur conseil?

Bien sûr, vous n'avez pas besoin de calquer exactement la méthode de votre proche. Mais c'est l'occasion de s'approprier toutes sortes de connaissances de première main que vous pouvez mettre en œuvre pour vous éviter bien des tâtonnements. Lorsque la recherche de BestCompany montre que nous faisons davantage confiance à nos amis qu'aux experts en matière de carrière, cette connaissance a un certain poids.

Jalousie au travail

Source (+zoom !)

De plus, je suis prêt à parier que le succès de votre proche dans un domaine où vous voulez vraiment exceller se transformera en un coup de main (ou coup de pied !) utile pour progresser vers vos propres objectifs. Une saine concurrence peut être un point de départ positif.

Tuer le monstre aux yeux verts

Si votre première pensée est "Ahh moi aussi je veux !!" quand un ami ou un être cher partage une bonne nouvelle avec vous, rassurez-vous, vous n´êtes pas le seul. La jalousie est inévitable et, dans de nombreux cas, elle peut vous inciter à vous améliorer.

Mais il faut faire un certain effort pour reconnaître vos sentiments de jalousie pour pouvoir les transformer en quelque chose de positif. Mettez ces tactiques en pratique et vous aurez beaucoup plus de facilité à maîtriser votre jalousie au travail ou avec vos proches.

À lire : Manuel de la Communication non violente dans votre vie personnelle et professionnelle

Trello Business Class vous connecte à vos outils préférés, tels que Salesforce, Github et bien d'autres.

En Savoir plus!