<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=44935&amp;fmt=gif">

Peur d’échouer : Comment reconsidérer l’échec pour augmenter la productivité

peur-de-l-echec

Tout le monde a peur de l’échec car personne n’aime s’entendre dire « non », surtout après avoir travaillé avec acharnement sur une idée. Mais la plupart du temps au travail, accepter le refus fait partie du job.

Si vous rêvez de travailler dans un milieu créatif ou de devenir un innovateur, vous vous exposerez à essuyer des refus encore plus brutaux (parfois même en public).

Alors, comment perdre la peur de l’échec et apprendre à l’accepter ? Nombreux sont ceux, visionnaires ou entrepreneurs à succès, qui ont trouvé que l’échec était une des meilleures choses qui leur soit arrivée. Perdre la peur de l’échec et développer une attitude positive envers celui-ci n’est pas aussi absurde qu’il n’y paraît. Voici quelques conseils de pros.

Visez l’échec sans peur pour atteindre le succès 

L’écrivain créative Kim Liao a publié l’an dernier un essai qui a fait des vagues parmi la communauté littéraire. Dans ce récit, elle décrit sa stratégie qui consiste à atteindre 100 refus par an. Vous avez peur de l’échec et n’êtes peut-être pas habitué à voir cela comme un signe d’ambition, mais Liao fait remarquer qu’un objectif à trois chiffres est difficile à atteindre.

« Mon ego résiste à rassembler le courage de soumettre des écrits à des revues littéraires, des articles de pitch, et des demandes de subventions, bourses et résidences. » Après avoir amassé 43 refus et 5 acceptations, elle écrit : « Maintenant, je perçois l’échec comme une conversation : pour chaque pièce qui est rejetée, c’est au moins une autre personne de plus qui le lit, y réfléchit, et considère véritablement la possibilité d’une publication. »

Le véritable coût de l’échec n’est pas de s’entendre dire « non » ponctuellement. C’est le fait de rater des possibilités de retenter sa chance en insistant, parce que l’échec initial résonne encore dans votre esprit et vous inhibe.

N’ayez pas peur d’échouer : configurer un objectif d’échec ambitieux signifie que vous n’avez pas le temps de vous reposer sur vos lauriers. Pour atteindre les 100 échecs en un an comme Liao, vous devrez passer à l’action pratiquement tous les jours. Vous devez générer rapidement de nouvelles idées et même soumettre celles rejetées à d’autres personnes dès que possible.

peur-de-l-echec-1

Apprendre à composer avec l’échec peut même favoriser la croissance d’une entreprise saine. Vous devrez peut-être rechercher plus de clients ou de marchés potentiels afin de ne pas submerger votre liste de contacts.

Si vous surpassez votre peur d’échouer et redéfinissez l’échec comme un signe de réussite pour avancer, et non pas une pénalité, vous gagnerez du temps lorsqu’il faudra faire preuve de courage afin d’atteindre des cibles très compétitives. Les travailleurs orientés vers la réussite, peuvent même ressentir un étrange sentiment de satisfaction en ajoutant un nouvel échec à leur palmarès.

Vaincre la peur d’échouer, aspirer à l’échec, cela signifie également que vous ne pouvez pas vous reposer sur vos lauriers. Le succès ne rentre pas en compte dans votre « score ». Trop de succès peut même être un signal d’alarme qui peut vouloir dire que vous êtes en train de limiter votre potentiel en ne visant pas assez haut. Il serait peut-être temps d’augmenter les prix, cibler des marchés plus prestigieux, développer de nouveaux produits et services pour étendre le domaine d’action de votre entreprise.

Cette peur d’échouer est renforcée par le fait qu’il soit confortable de travailler avec les mêmes clients sur des projets de même nature, mais cela ne permet pas d’évoluer personnellement et professionnellement. Vous pouvez prendre un moment pour vous féliciter lorsque vous obtenez un « oui », mais vous devez rapidement vous remettre en selle avec une autre idée pour maintenir le nombre d’échecs à niveau.

Apprendre avec quelques échecs célèbres

peur-de-l-echec-2

Même si vous savez que l’échec est sain, il peut être décourageant de voir jour après jour les réponses négatives dans votre boîte de réception. Ce que la plupart de ceux qui ont peur d’échouer oublie, c’est qu’à peu près tous les personnalités qui ont connu un grand succès et qu’ils admirent sont paradoxalement les grands ratés qu’ils connaissent.

Les personnes qui réussissent s’exposent beaucoup, ce qui signifie généralement que leurs idées sont sans cesse démolies. F. Scott Fitzgerald a amassé 122 fiches de refus avant d’être reconnu comme nouvelliste. La Rédactrice en chef de Vogue, Anna Wintour, a été renvoyée de son poste de junior du Harper’s Bazaar car un editor senior a pensé que ses séances photos étaient trop audacieuses. Oprah Winfrey, Howard Stern, Walt Disney, J.K. Rowling et beaucoup d’autres ont eu des chefs qui leur disaient qu’ils étaient mauvais dans leur domaine de prédilection ou qu’ils manquaient de créativité (tout à fait !). Ont-ils eu peur de l’échec ?

Avec du recul, il est facile de voir que ces méga-stars étaient des visionnaires, et de considérer leurs anciens patrons comme des imbéciles incapables qui n’ont pas réussi à repérer le talent sous leur nez. Cependant, cela n’empêche pas que c’est terrifiant d’être rejeté pour quelque chose pour lequel vous pensiez être doué.

"Le véritable coût de l’échec n’est pas de s’entendre dire « non » ponctuellement. C’est le fait de rater des possibilités de retenter sa chance en insistant, parce que l’échec initial résonne encore dans votre esprit et vous inhibe."

Le succès requiert une attitude de « ne jamais baisser les bras », ce que les psychologues qualifient souvent de « résilience », d’audace, de cran. Les chercheurs tentent encore de comprendre ce mécanisme et quelle combinaison de facteurs l’influence chez une personne. Entre-temps, certains experts ont identifié des stratégies appliquées par ces personnes audacieuses pour continuer à aller de l’avant :

  • Cultiver un « esprit tourné vers la croissance ». Les personnes avec un «état d’esprit fixe» perçoivent des qualités telles que l’intelligence ou le talent comme innées – ou vous les avez, ou vous ne les avez pas. Dans un esprit tourné vers la croissance, vous croyez que l’aptitude est déterminée par l’effort que vous fournissez pour y arriver. Angela Lee Duckworth, auteur de Grit : The Power of Passion and Perseverance dit, « L’espoir des gens qui ont du cran n’a rien à voir avec la chance mais avec le fait de ne jamais baisser les bras. » La volonté d’utiliser vos compétences pour faire de demain un jour meilleur, plutôt que de simplement espérer que les choses s’améliorent, est une excellente manière de vaincre la peur d’échouer.
  • Écoutez votre voix intérieure. Duckworth croit que l’audace a une raison d’être. Coincé dans un boulot que vous n’aimez pas ? Chercher des façons pour que votre travail aide les gens peut contribuer à transformer une routine monotone en une activité qui a du sens.
  • Pratiquez la pleine conscience. Linda Lantieri, directrice de The Inner Resilience Program – Programme de résilience interne, dit qu’une pratique régulière de la pleine conscience augmente la compréhension de soi, améliore la concentration et facilite la sérénité durant toute circonstance stressante. Une pause pour méditer ou s’étirer de manière consciente pourrait soulager certaines tensions.
  • Cherchez à recevoir des avis. En identifiant des domaines d’amélioration possible, vous transformer votre perception du refus. Au lieu d’avoir peur de l’échec, vous le percevez comme parti intégrante de l’apprentissage et une bonne occasion de s’exercer.
  • Dédiez du temps. Réservez un moment régulier, comme le dernier vendredi du mois, pour revoir la dernière série de refus. Essayez de catégoriser ces derniers. Vous vous entendez souvent dire « trop vague » ou « pas adapté pour nous »? Vous pouvez utiliser ces retours pour la prochaine présentation et modifier votre pitch en rajoutant des détails et en l’adaptant à votre audience.

Steve Jobs est un exemple particulièrement parlant de personne audacieuse qui a su prospérer malgré la crise professionnelle. Lui et son partenaire ont démarré Apple dans un garage quand Steve Jobs n’avait que 20 ans. À l’âge de 30 ans, Apple était devenue une entreprise multimilliardaire--et Jobs se retrouva à la porte de sa propre entreprise lorsque sa vision créatrice a divergé du Conseil d’administration. Dans son discours d’ouverture à Stanford en 2005, il s’est rappelé comment il s’est senti à la dérive :

« Ce qui avait été au centre de toute ma vie d’adulte avait disparu, et ça a été dévastateur... J’étais un très grand échec public, et j’ai même pensé à fuir. Mais quelque chose a lentement commencé à naître en moi -- j’aimais toujours ce que j’avais accompli. »

Jobs a dépassé sa peur de l’échec e a alors décidé d’utiliser sa nouvelle liberté inattendue (et initialement non désirée) pour essayer de nouvelles choses. Il a lancé les Studios d’Animations Pixar et la compagnie de logiciels NeXT. Au moment où il a été réembauché chez Apple vers la fin des années 90, Jobs était préparé à lancer certains des produits les plus attendus et réussis d’Apple (avez-vous déjà entendu parler d’un petit gadget appelé iPhone ?).

Essayez encore. Échouez à nouveau. Mais en vous améliorant

peur-de-l-echec-3

L’autre piège à éviter est de bâcler votre travail. Il est plus facile d’atteindre 100 échecs (ou quel que soit votre objectif) si vous envoyez des demandes contenant des fautes de frappe et des idées ternes. C’est aussi une perte de temps pour tout le monde.

Samuel Beckett est l’auteur de la citation en titre de ce paragraphe. L’idée de « mieux échouer » se rattache aussi à l’idée populaire qu’il faut consacrer 10000 heures de pratique pour devenir un expert. Prendre du temps pour peaufiner et réviser des idées rejetées peut mener vers une plus grande probabilité de réussite que de recycler simplement des anciennes idées à différents interlocuteurs.

Pour vaincre votre peur de l’échec, commencez par organiser vos idées de de manière claire et structurée. Si vous faites un brainstorming et organisez votre travail dans un tableau Trello, vous pourriez avoir des listes pour : Idées en Vrac, Prêt à Envoyer, « Pitches » en attente de réponse et À Revoir.

Dans votre évaluation quotidienne, ayez un regard critique sur les refus afin d’augmenter vos chances d’obtenir des « oui » :

  • Angle d’attaque : L’idée est-elle trop personnelle, trop large ou bien déjà trop exploitée ? Quelles nouvelles informations puis-je apporter pour différencier mon projet par rapport à d’autres similaires ?
  • Public : Qui est mon audience pour cette idée ? Quel type de problème mon idée aidera à résoudre ? Y a-t-il quelqu'un d’autre qui pourrait également bénéficier du projet et qui n’aurait pas encore été contacté ?
  • Actualité : Pourquoi est-ce le bon moment pour cette idée ? Y a-t-il un anniversaire, un événement marquant ou une actualité qui s’y rattache ?
  • Profondeur : Suis-je en train d’inclure le bon niveau de détail dans mon projet (ou est-il trop « superficiel » et aurait besoin d’une nouvelle perspective plus approfondie) ? Dois-je inclure quelqu'un d’autre afin de fournir des suggestions d’expert et donner du poids à mon projet?authority?

peur-de-l-echec-4

 

Copiez ce tableau comme source d’inspiration et faites-en le vôtre. 

Valoriser le bon côté des choses dans les messages de refus est aussi une bonne manière pour perdre la peur de l’échec. Si votre chef dit : « Nous avons déjà quelque chose de similaire dans nos activités », cela signifie que vous avez des bonnes idées. Demandez comment vous pouvez aider le projet en cours et continuez sans relâche votre brainstorming. Votre prochaine grande idée pourrait changer la donne et gagner les faveurs du “oui” tant espéré.

Trello Business Class vous connecte à vos outils préférés, tels que Salesforce, Github et bien d'autres.

En Savoir plus!