Symptômes du Burnout : Comment les hyper-performants s’en sortent ?

symptomes-du-burnout

Aujourd’hui, il semblerait que si on ne travaille pas 80 heures par semaine, on ne travaille pas assez. Le désir de travailler de longues heures dans l’espoir de booster sa carrière porte un nom, et ce n’est pas C-H-E-F.
Les super-entrepreneurs chroniques sont souvent dépendants d’une attitude « Je peux tout faire », afin de se sentir accomplis et confiants dans leur boulot. C’est un des symptômes typiques du burnout.De plus, cette attitude ne correspond pas à la réalité. Quand on essaye de toujours tout faire en même temps, il est plus probable qu’on n’arrive qu’à un seul résultat: l’apparition des symptômes du Syndrome du Burnout.

Les symptômes du burnout peuvent entraîner de graves conséquences physiques, mentales et sociales, mais cela n’arrive pas du jour au lendemain. La Harvard Business Review décrit les symptômes du burnout comme se manifestant petit à petit, conduisant vers de petits échecs qui s’accumulent au fil du temps avant d’exploser.

En général, les symptômes du burnout apparaissent chez les cadres de haut niveau, qui, souvent, atteignent ces positions hiérarchiques élevés pour être justement des entrepreneurs chroniques. Connaître l’histoire de certains grands leaders peut vous servir de leçon pour savoir comment éviter les pièges.

Il existe des moyens pour éviter le burnout et continuer à s’épanouir dans son travail.

Prendre le temps d’apprendre à partir de l’expérience des autres peut vous aider éviter le Syndrome du Burnout et ses symptômes et éviter de compromettre votre vie professionnelle.

Les symptômes du burnout et le congé sabbatique

symptomes-du-burnout-2

Lorsqu’une personne a tendance à être toujours « connectée », elle a plus de risque de perdre le contrôle et de s’effondrer.

Selon une étude de Monster en 2014, 61% des employés ont souffert d’une maladie liée au stress au travail, et 42% ont décidé de quitter le travail pour éviter les symptômes du burnout:

  • James Green, l’ancien PDG de Giant Realm, une société de publicité en ligne, a commencé à avoir peur de prendre le métro tous les matins à la station « Penn Station » de New York. Son rôle « d’expert pour sauver une situation » impliquait souvent la vente d’entreprises et le licenciement de centaines de personnes. Bien que épuisé émotionnellement parlant, il n’a jamais pris la peine de le signaler car les leaders n’ont pas le droit d’être « émotionnellement éreintés. » Au lieu de cela, le stress l’a poussé à revendre son entreprise pour pouvoir naviguer autour du monde avec sa famille avant de retourner à New York en tant que PDG d’une affaire de publicité sur internet. C’était un symptôme de burnout.


  • La même chose est arrivée à Dustin Snell, fondateur et PDG du Network Automation Inc., qui refusait de croire que la sensation de « faire du surplace » était un symptôme du burnout; il a finalement pris un an et demi de « congé » pour passer du temps avec sa fille qui venait de naître. Après cela, il est finalement revenu à son entreprise en tant que PDG et avec une nouvelle perspective de vie.

  • Cependant, certains leaders n’ont pas cette possibilité de prendre des années de « congé sabbatique » et récupérer leurs emplois et titres plus tard. Dans la Lloyds Banking Group, le chef du PLC, Antonio Horta-Osorio, a quitté la fonction qu’il avait depuis moins d’un an pour faire une pause de deux mois. L’entreprise a été ébranlée et un leader provisoire a été mis à sa place, au cas où il ne serait pas capable de revenir. Mais il est revenu, frais et dispo, et a recommencé à travailler avec la même énergie.

Souvent, la plupart des cadres non-PDG ne peuvent pas se permettre de prendre des « congés sabbatiques » de plusieurs mois ou années, mais des dispositifs ont été mis en place afin d’offrir un moment pour que les employés s’occupent de leur bien-être mental, même aux Etats-Unis.

Là-bas, la Loi sur le congé parental ou médical (FMLA) octroie aux employés engagés depuis 12 mois ou plus un congé sans solde de 12 semaines, tandis que leurs bénéfices liés au travail et à la santé restent intacts.

Même si ce congé est le plus souvent utilisé par des femmes en congé de maternité, il est néanmoins disponible pour quiconque ayant une maladie spécifique, comme la dépression ou l’anxiété.

En France, le Burnout n'est pas reconnu comme maladie professionnelle.

En général, prendre des pauses est essentiel pour une meilleure productivité et éviter les symptômes du burnout. Certaines entreprises ont des politiques de congés sabbatiques ou congés payés pour les employés ayant besoin d’un intervalle pour s’occuper de leur santé mentale avant de se remettre au travail.

Répondez à vos passions, non à vos e-mails

symptomes-du-burnout-3

Les symptômes du Syndrome du burnout ne se manifestent pas que physiquement et mentalement. Pour certains, c’est leur énergie, leur entrain qui en pâtit le plus. Les employés qui passent de longues heures à travailler risquent de ne plus être passionnés par ce qu’ils font.

Une ancienne employée du Yelp a écrit un manifeste sous le pseudonyme de « Eevee » affirmant qu’elle ne reviendrait plus jamais dans le monde de la technologie. Après avoir travaillé durant des heures jusqu’à l’épuisement, elle a compris qu’elle ne pouvait pas préserver sa vie privée, même pendant les vacances.

« Le point de rupture est arrivé durant une période de vacances de deux semaines à la fin du mois de mai. La première semaine a été relaxante, productive, magnifique. Alors, quand arriva le milieu des vacances, j’ai aperçu la fin de ma liberté s’approchant à l’horizon. Les ténèbres sont apparues une fois de plus. Cette différence m’a sauté aux yeux, et j’ai su que je devais arrêter. » Eeve.

Ce tournant a été une libération pour Eevee, comprenant qu’elle ne se souciait guère du travail qu’elle effectuait au sein de l’entreprise et qu’elle était impatiente de recommencer une nouvelle vie.

Glynnis Macinol a également découvert que sa vie professionnelle était en train de consumer sa vie réelle ; elle avait détecté un symptôme du burnout. Lors d’une répétition pour Elle, elle a écrit : « J’étais pleine de ressentiments pour tout ce qui me faisait perdre du temps au travail, par exemple j’étais exaspérée par les gens qui attendaient je leur fasse la conversation sans arrêt pendant le dîner. »

Tout à coup, elle a abandonné son « job de rêve » et son BlackBerry et a commencé à ressentir un plaisir énorme, lors de soirées ou rassemblements sociaux, de répondre à la question « que faites-vous dans la vie ? », avec un seul mot :

« Rien ».

Elle a assimilé les symptômes du burnout avec le fait qu’elle était toujours fatiguée, stressée, ennuyée et avec un grand besoin de vacances et une remise à zéro du cerveau. Sa nouvelle vie occupée à « l’art de ne rien faire » était effrayante, mais totalement libératrice.

Bien qu’il soit fréquent de ne pas avoir envie de retourner au travail juste après des vacances ou un long week-end, devoir se battre tous les jours pour sortir du lit peut signifier que vous êtes trop immergé dans un boulot, comme Eevee. Ou peut-être que vous vous sentez comme Glynnis, qui ne pouvait pas s’asseoir à un dîner sans prendre son téléphone et vérifier ses e-mails.

Soyez attentif à ces symptômes lorsqu’ils surgissent et faites un effort volontaire pour planifier du temps libre chaque jour.

Il est également important d’avoir une conversation avec son manager au sujet de l’importance de l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée, et que vous arriviez à vraiment apprécier quelques heures « en mode hors connexion » durant lesquelles vous ne serez pas disponible pour des problèmes d’ordre professionnel.

Faire face aux signes avant-coureurs en étant attentif aux symptômes du burnout avant qu’ils ne détruisent entièrement votre carrière est fondamental, parce que devoir trouver un nouvel emploi et une nouvelle passion peut être encore plus démoralisant.

Comment j’en suis arrivé là ?

symptomes-du-burnout-4

Il y a ces dirigeants qui veulent régulièrement avoir un temps pour eux, mais cette intention va s’effriter lentement et finalement passer. Souvent, celui qui remplace son temps libre par le travail s’excuse lui-même en disant que son travail est sa nouvelle passion. Aucun symptôme du burnout ne pourrait être plus évident que celui-ci.

  • Pour Angela Benton, garder un niveau de passion et d’intensité élevé avec son entreprise, la NewME, est devenu un défi. Elle était épuisée et, malgré les heures travaillées, était totalement déconnectée de son objectif. Sa solution a été de devenir « de plus en plus maître de son propre temps », dénichant quelques minutes ou quelques heures pour se reconnecter avec elle-même à travers la méditation.
  • Pour Arianna Huffington, fondatrice du Huffington Post et défenseur assumée du sommeil, elle ignorait comment elle en était arrivée là. Le « là » étant le parterre de son bureau, à la maison, après s’être réveillée dans une mare de sang. Extrêmement bouleversée par ce fait, Huffington a demandé à ses médecins de faire des examens mais tout allait bien du point de vue médical. Elle était juste épuisée, ce qui lui a fait perdre conscience, tomber sur le coin du bureau et se blesser à l’oeil. Depuis sa chute, elle est devenue plus consciente sur sa manière de travailler et, bien sûr, a réévalué ses horaires. Aujourd'hui, elle réussit encore mieux ce qu’elle entreprend, elle est parvenue à ressortir plus forte de cette douloureuse expérience.

Oui, être passionné par son travail permet de créer une puissante motivation, mais elle ne peut pas être la seule raison d’être.

Il suffit de voir comment les entreprises répondent à ces nouveaux besoins en modifiant la nature des avantages professionnels, par exemple en proposant des activités de méditation, salles de gym, équipes sportives et clubs de lecture, sans parler des bénéfices médicaux.

Les grandes entreprises ont compris que leurs employés sont plus performants lorsqu’ils ne pensent pas uniquement et exclusivement au travail, et quand ils sont encouragés à passer du temps en dehors du bureau.

Des moments de calme comme des cours de méditation contribuent à aider les employés à se déconnecter et à mieux dormir, et à commencer une nouvelle journée sous une meilleure perspective.

Éviter la catastrophe (et la culpabilité)

Deux façons pour éviter les symptômes du burnout: mieux équilibrer et prioriser ses tâches tout en s’assurant que ces pratiques peuvent être en adéquation avec la culture de votre organisation.

Il est courant que les gens aient des idées fausses sur ce que leur patron attend d’eux. Dans un sondage, les managers ont été interrogés pour savoir combien d'entre eux espéraient que leurs employés répondent à leurs e-mails en dehors des horaires de travail. 20% des managers ont répondu “oui” à cette question, alors que la même question a été posée aux employés qui ont présumé à 80% que leurs chefs souhaitent que les e-mails reçus après les heures de boulot soient répondus.

Il est aussi essentiel pour les dirigeants et managers de s’inspirer des attentes qu’ils ont eux-mêmes vis à vis de leurs équipes. Sheryl Sandberg, directrice des opérations de Facebook, a mis des années pour ne pas se sentir coupable de quitter le travail à 17h30 tous les jours, afin de pouvoir dîner avec ses enfants. Si un COO d’une compagnie multimilliardaire, si talentueuse, se bat pour quitter le travail à l’heure, pourquoi n’en seriez-vous pas capable?

Essayez de percevoir les symptômes du burnout avant que celui-ci ne se manifeste, tels que : ne plus s’occuper de soi ou des autres, ne pas dormir, ne fonctionner qu’à l’adrénaline, vous sentir submergé… Si tel est le cas, il est temps de discuter avec votre manager ou votre RH et reconnaître le fait de vous surcharger au travail n'est pas en train d’améliorer votre productivité au travail ni ne contribue à votre bien-être.

Peut-être que les résultats d’une telle conversation vont vous surprendre!

À lire : Les habitudes de vie à avoir le soir pour être en forme dès le réveil 

Trello Business Class vous connecte à vos outils préférés, tels que Salesforce, Github et bien d'autres.

En Savoir plus!