<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=44935&amp;fmt=gif">

4 vérités à connaître sur le syndrome de l'imposteur

syndrome-imposteur

Imaginez que quelqu'un vous dise que vous trompez tout le monde. Que vous n'êtes pas si bon que ça dans votre travail. Que vous bricolez simplement au fur et à mesure, et que bientôt, votre imposture sera révélée au monde.

Et si cette personne c'était vous ? Bonjour, syndrome de l'imposteur.

Qu'est-ce que le syndrome de l'imposteur?

Observée pour la première fois dans une clinique par le Dr. Pauline Clance en 1885, le syndrome de l'imposteur déclenche chez les personnes concernées "l'impression que leurs réussites ne sont pas méritées et ils ont peur d'être démasqués en tant qu'imposteurs". Ils pensent souvent que les victoires qu'ils ont remportées peuvent être attribuées à la chance pure ou à la manipulation des impressions d'autres personnes.

Il s'avère que cela arrive aux meilleurs d'entre nous. Dans un récent post publique, le co-fondateur et co-PDG d'Atlassian Mike Cannon-Brookes a abordé sincèrement son expérience du syndrome de l'imposteur. Pour ceux qui suivent, il est à la tête d'une compagnie mondiale avec des milliers d'employés et des millions d'utilisateurs : "La plupart du temps je me sens comme si je ne savais pas vraiment ce que je fais".

Vous pouvez regarder un PDG qui a réussi et vous demander : "Comment peuvent-ils penser ainsi après avoir remporté tant de victoires ?". C'est parce que le syndrome de l'imposteur n'est pas basé sur la réalité, mais plutôt sur la perception de la réalité de la personne en question.

Tout le monde peut souffrir du syndrome de l'imposteur. Voici quatre vérités à pratiquer pour lutter contre cette pensée nuisible.

Ayez un partenaire de confiance

Avoir une personne sur qui compter dans votre vie ne signifie pas que vous devez vous entourer de gens qui vous disent à quel point vous êtes génial toute la journée et tous les jours. Trouvez un collègue de travail, un ami ou un partenaire qui peut vous aider impartialement à suivre vos objectifs et vous donner des commentaires sincères sur ce qui se passe bien et les façons dont vous pouvez vous améliorer ou vous propulser à l'étape suivante.

Pour Jenn Pedde, responsable global des anciens élèves à Oliver Wyman, ce processus consiste à identifier ses forces et ses faiblesse et à coucher ses idées sur le papier (numérique).

“J'ai mis en place une structure de responsabilité il y a quatre ans avec l'un de mes meilleurs amis. Nous avons ajouté un tableau trello et créé des objectifs annuels dans le domaine de la vie, la santé et la carrière. Nous les passons en revue trimestriellement pour être sûrs que nous sommes sur la bonne voie ou voir ce que nous avons besoin de modifier, et toutes les semaines nous discutons de ce qu'il se passe dans nos vies en rapport avec ces objectifs.

 syndrome-imposteur-1

Copiez le tableau et adaptez le à votre goût

"Avoir des objectifs écrits et quelqu'un pour en faire l'écho, faire des commentaires, ou même me crier dessus quand j'en ai besoin, aide vraiment à garder ce syndrome de l'imposteur en échec. Le simple fait d'avoir cette personne impartiale en tant que supporter près de moi est ce qu'il y a de plus utile."

Donnez aux autres

Quelle meilleure manière de surpasser le doute de soi qu'en faisant du bénévolat ? Vous considérez souvent votre expertise comme acquise, surtout si vous êtes dans un domaine particulier depuis de nombreuses années, et vous avez oublié qu'il y a toujours une nouvelle génération qui peut bénéficier de vos expériences. Vous pourriez envisager de :

  • Participer à des Meetups locaux sur des sujets qui vous passionnent
  • Trouver des groupes comme Girls Who Code qui cherchent des animateurs.
  • Suivre les appels pour des intervenants dans des conférences auxquelles vous avez participé ou avez voulu participé.
  • Participer à une mission bénévole pour aider les gens dans des domaines aussi divers que l'administration, l'accompagnement scolaire, les travaux manuels, etc…
  • Organiser un déjeuner d'étude à votre bureau
  • Contacter votre université pour savoir s’il y a des opportunités pour donner quelques conférences.

La voix intérieure qui dit "qui se soucie de ce que j'ai à dire ?" commence à s'affaiblir lorsque vous voyez l'impact de vos idées au moment de l’action.

Conservez les justificatifs

syndrome-imposteur-2

Si vous souffrez du syndrôme de l'imposteur, vous êtes susceptible d'esquiver les compliments ou de ne pas les reconnaître au jour le jour.

"Je pourrais recevoir 100 compliments et entendre une seule personne dire que je ne les mérite pas, et c'est cette personne que je choisis de croire", a dit Tobias Van Schneider, ancien directeur artistique et responsable du design à Spotify. "Je pensais justement la même chose, merci pour la confirmation".

L'une des solutions que Van Schneider et d'autres ont trouvé c'est de garder un fichier avec tous les commentaires positifs que les gens disent à votre encontre. Que ce soit une liste sur votre tableau Trello personnel, une section de votre journal ou dans un Google Doc, enregistrez ces commentaires, e-mails, posts de blogs, notes etc… Ça peut sembler narcissique, mais en réalité c'est une façon tangible de renforcer l'idée que votre travail est respecté et apprécié.

Lorsque l'écrivain Kyle Eschenroeder passe une journée difficile ou s'auto-évalue, il cherche les captures d'écrans qu'il conserve dans un dossier.

"Quand je me sens comme un imposteur, je peux passer en revue toutes les histoires des gens que j'ai aidé" dit-il ...  Le syndrome de l’imposteur inhibe ma capacité à créer. Parce que honnêtement, c'est facile d'oublier qu'écrire peut faire du bien".

Embrassez l'échec pour atteindre le succès

syndrome-imposteur-3

Le sentiment d'être indigne ou une peur importante du rejet ne sont pas seulement nocifs au présent, mais ils peuvent également saboter des opportunités futures. L'auto-handicap, qui va souvent de pair avec le syndrôme de l'imposteur, se concrétise quand une personne bloque ses propres performances, créant ainsi une explication toute faite à un échec ultérieur.

Tout comme la personne qui a peur de l'avion se forcera à voyager plus souvent afin de diminuer cette peur, la solution pour éliminer ce comportement se résume à vous engager honnêtement et accepter l'échec comme un revenu potentiel (sérieusement !)

Pourquoi ? Parce que quand vous faites ça, vous commencez à transformer votre expérience en quelque chose de positif, vous avez saisi votre chance et êtes sortis de votre zone de confort. En fait,célébrer le rejet est une tactique utilisée par beaucoup de personnes à succès pour cultiver une mentalité tournée vers la croissance et exercer leur audace dans la poursuite de niveaux élevés de réussite.

Prendre de la hauteur

Sheryl Sandberg, diplômée d'Harvard, ancienne de Google et actuellement directrice d'exploitation à Facebook, parle ouvertement de sa tendance à se sous-estimer dans le bestseller "Lean In" de 2013, ainsi que la façon dont elle a commencé à faire face à ces insécurités :

Sheryl Sandberg tips on impostor syndrome

"J'ai appris au cours du temps qu'il est très difficile d'ébranler des sentiments de doutes, j'ai pu comprendre qu'il y avait une distorsion… Quand je sentais que je n'étais pas capable de faire quelque chose, je me rappelais que je n'ai échoué à aucun de mes examens à l'université. Ou seulement un seul. J'ai appris à déjouer la distorsion."

- Sheryl Sandberg

Il y a un certain réconfort d'entendre ces anecdotes de la part de Sandberg et Cannon-Brookes, de savoir que même ceux que l'on perçoit comme ayant super bien réussi, admettent ressentir le syndrome de l’imposteur. En effet, environ 70 % des personnes interrogées ont avoué avoir des épisodes du syndrome de l'imposteur de temps en temps.

Autre chose à garder en tête : les employeurs embauchent des personnes pour leurs expériences, mais aussi pour leur désir d'évolution. Il est donc important de célébrer vos compétences et continuer à développer votre potentiel.

"On s'attend à ce qu'il y ait un écart entre la connaissance et l'expérience, et en être conscient et admettre que vous êtes humain est déjà important", affirme Steven Grady spécialiste support Trello, qui a fait l'expérience du syndrome de l'imposteur.

"Quand je fais passer des entretiens à des candidats, je ne les embauche pas simplement pour leurs compétences actuelles, mais pour leur capacité à progresser et à apprendre".

Avez-vous tendance à remettre en question la véracité de vos réussites ? Si c'est le cas, quelle est votre stratégie la plus efficace pour supprimer ces facteurs bloquants ? Faites-le nous savoir en commentaire.

Trello Business Class vous connecte à vos outils préférés, tels que Salesforce, Github et bien d'autres.

En Savoir plus!