<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://dc.ads.linkedin.com/collect/?pid=44935&amp;fmt=gif">

Que faites-vous dans la vie? Votre travail n'est pas votre identité

Se définir par son travail

Imaginez que vous rencontrez quelqu'un pour la toute première fois. Vous vous retrouvez tous les deux à lorgner sur les mêmes petits fours lors d'une soirée. Ou peut-être que vous êtes assis côte à côte dans un avion.

Après avoir échangé quelques mots sur le plateau d'amuse gueule ou sur le manque d'espace pour les jambes dans votre rangée de sièges, la question inévitable apparaît: Sinon, vous faites quoi dans la vie ?

Nous y avons tous répondu et nous l'avons tous demandé. C'est l'un des sujets les plus utilisés pour entamer une conversation, et pour cause. Nos professions constituent une partie importante de nos vies, et cette question semble être une façon facile de comprendre qui est la personne à laquelle on s'adresse.

Mais est-ce bien vrai ? 

Est ce que vous travaillez pour vivre ou vous vivez pour travailler ? 

Mais même si le fait de demander à quelqu'un quel travail il exerce pour vivre est devenu aussi naturel que de serrer la main ou de demander «Comment ça va?», est-ce vraiment la meilleure façon de commencer une interaction avec un inconnu ? 

Ou alors, peut-être que cela ne fait que mettre un peu plus de pression pour nous définir uniquement par la façon dont nous gagnons notre vie (dans un monde où nos emplois dépassent déjà les heures normales de boulot?)

Il semble que cela pourrait bien être le cas, en particulier pour les jeunes générations. Dans une enquête menée par Yellowbrick, centre psychiatrique de l'Illinois, auprès de plus de 2 000 milléniaux, 70% des répondants étaient d'accord pour dire qu'ils ne s'identifiaient qu'à travers leur emploi. 

Certains pourraient demander : "Et alors, quel est le problème ?“ Vous investissez beaucoup d'énergie et d'efforts dans votre travail et vous rayonnez de fierté de la façon dont vous gagnez votre vie. Donc, quel est le problème de vous en servir comme d'un résumé concis de qui vous êtes ?

Ces définitions professionnelles font des merveilles pour votre profil LinkedIn, mais peuvent nuire gravement à votre identité. Ou pourquoi il vaut mieux "travailler pour vivre" que "vivre pour travailler".

Nous sommes plus qu'un simple travail. Ou les dangers de se définir uniquement par sa profession

En toute honnêteté, il n'y a rien de mal à être fier de vos choix professionnels. Mais il s'avère que mettre votre seule profession au cœur de votre identité présente certains risques et pièges potentiels. 

1. Cela vous enferme dans une seule identité

Quand j'étais en première année d'université, j'ai vécu une expérience qui m'a vraiment marquée. 

J'ai commencé mes études dans une école de théâtre. Jusque-là, je n'avais jamais rien fait d'autre. Je n'ai jamais joué au football, participé du conseil étudiant ou écrit pour le journal de l'école. J'étais la fille qui faisait du théâtre. Et aussi longtemps que je me souvienne, cela définissait qui j'étais.

Après un semestre d'études de théâtre musical, j'ai commencé à réaliser que je ne voulais peut-être pas en faire ma carrière à long terme. J'étais terrifiée rien que d'y penser. Je me souviens très bien avoir parlé de mes doutes à ma mère au téléphone. "Maman, si je ne fais plus de théâtre, que me reste-t-il ? Qui suis je?"

Je me suis retrouvée aux prises avec une véritable crise d'identité. Tout cela parce que j'ai osé penser à essayer quelque chose de nouveau. 

espace-de-travail

Peut-être que vous ne serez pas aussi mélodramatique que moi (et oui, il y avait une raison pour que j'aille faire du théâtre), mais je pense que vous pouvez vous retrouvez avec un dilemme similaire en ce qui concerne votre carrière.

Et si les choses ne se passent pas bien au travail ? Et si vous êtes licencié/e ? Et si votre entreprise ferme ses portes ? Et si vous voulez changer radicalement de poste ou d'entreprise ? Alors quoi ? Vous vous retrouvez sans identité ? Cela ne me semble pas être très logique. 

Il convient également de noter que votre profession peut occuper une grande partie de votre vie, mais qu'elle ne constitue pas la totalité de celle-ci. S'appuyer en permanence sur nos emplois pour résumer qui nous sommes signifie que nous finissons par voler aux gens les autres parties toute aussi intéressantes de leur l'identité. 

Prenez Kristen Bell. C'est une actrice célèbre et accomplie. Mais elle est également une ardente défenseure des droits des animaux et co-fondatrice d'une gamme de produits écologiques pour bébés. Se décrire uniquement comme «actrice» ne ferait qu'effleurer ce qui fait d'elle qui elle est vraiment . 

Après tout, vous pourriez être un incroyable développeur de logiciels. Mais peut-être êtes-vous aussi propriétaire de chien, marathonien/ne, écologiste dévoué/e et photographe amateur.

Mentionner votre profession (et seulement  votre profession!) comme une définition de qui vous êtes vous enferme dans une catégorie, et ne parvient pas à donner une image complète de qui vous êtes.

2. Cela ne laisse pas suffisamment de place pour entrer en connexion

Un membre de l'équipe Trello a récemment été invité à un dîner où tout le monde devait se présenter sans mentionner son travail.

Cela semble difficile et même un peu bizarre, non? Mais les résultats ont été impressionnants.

Ce membre de l'équipe a mentionné que le défi a permis d'établir de véritables conversations, ainsi qu'une opportunité de connexion réelle sur des loisirs, des passions et des expériences partagés. 

Sans recourir à cet artifice séculaire pour commencer une discussion, les gens ont pu créer des liens sur des sujets qui ne seraient probablement jamais remontés à la surface s'ils s'étaient arrêtés à «Je suis conseiller/ère financier!» Et «Oh, cool. Je suis représentant/e du service client !» 

C'est un autre avantage de définir votre identité en dehors de votre profession et de sortir du "vivre pour travailler".

Cela vous oblige à penser en dehors de votre travail et à identifier d'autres façons de décrire ce qui fait de vous qui vous êtes. Et cela vous donne plus de chances de vous connecter avec d'autres personnes qui pourraient ne rien savoir de la profession que vous avez choisie. 

Élargir vos horizons (et votre réseau!) au delà des personnes qui vous ressemblent déjà un peu, peut également vous apporter de nombreux avantages, en particulier lorsqu'il s'agit de faire évoluer votre propre perspective et de forger de nouveaux liens bénéfiques.

Il suffit de regarder cette étude, réalisée à l'Université de Harvard, où les étudiants de première année se voient affectés à leurs colocataires. À la suite de ces affectations apparemment aléatoires, des personnes de divers horizons, ethnies etc, sont réunies pour vivre ensemble pendant l'année scolaire. Tanya Menon, l'une des co-auteurs de l'étude, explique : 

"Certains étudiants peuvent être mal à l'aise au départ, mais ce qui est étonnant, c'est qu'à la fin de l'année, beaucoup d'entre eux choisissent de continuer à vivre avec leurs colocataires, montrant que ces liens aléatoires entre diverses personnes peuvent entraîner des relations positives"

3. Cela peut conduire au burnout professionnel

Si vous choisissez quelque chose (comme le travail) comme étant la "source de votre identité", cela signifie que que vous souhaiterez probablement briller dans ce domaine (c'est à dire être irréprochable à votre travail). Pensez-y : vous seriez probablement moins enclin à vous vanter d'être analyste de marketing digital devant plein de gens si vous arrivez constamment en retard au bureau, répondez à peine aux attentes minimales et êtes pratiquement sur le point de vous faire virer. 

Ne vous méprenez pas. Assumer ses responsabilités professionnelles au delà de ses horaires est positif et admirable. Mais, le faire juste pour affirmer votre identité peut vous mener sur la pente glissante du burnout.

Le fait de vous investir autant dans votre travail signifie que votre carrière peut rapidement dépasser vos autres intérêts et ajouter une pression accrue pour passer en «mode travail» à tout moment (même le soir, le week-end et les vacances!). Et, malheureusement, cela devient un problème omniprésent pour la plupart d'entre nous.

Une étude de 2016 a révélé que ses participants passent en moyenne huit heures par semaine à traiter les e-mails en dehors de leurs heures de travail. Une étude indépendante Gallup a révélé que 23% des 7 500 employés interrogés déclarent se sentir épuisés au travail très souvent ou tout le temps. Et 44% disent se sentir en situation de burnout, de temps en temps .

chatpuisé
Lorsque votre travail est votre principale source d'identité, il est facile de se sentir coupable d'investir du temps et de l'énergie dans tout ce qui ne sert finalement pas votre progression de carrière, comme si vos loisirs et vos passions méritaient beaucoup moins d'importance et d'attention.

C'est un dangereux précédent à établir, surtout lorsque vous avez besoin d'avoir des centres d'intérêts en dehors du bureau pour vous ressourcer et mener une vie équilibrée. 

Alors ... Que pouvez-vous faire pour changer le cours de la conversation? 

Voici le problème : nous ne supprimerons probablement jamais entièrement la question «que faites-vous dans la vie?». Elle est ancrée dans la culture occidentale et disons-le franchement, votre carrière représente vraiment une grande partie de votre vie (personne ne dit que vous devez la mettre complètement de côté!).

Cependant, je pense que nous pourrions tous tirer parti du fait de se forger un identité en dehors de notre gagne pain. 

Heureusement, c'est quelque chose que vous pouvez entreprendre dès maintenant et c'est assez facile. La prochaine fois que vous rencontrerez quelqu'un pour la première fois (que vous soyez invité/e à un dîner ou que vous soyez à l'étroit dans votre siège d'avion), essayez d'éviter de poser immédiatement une question sur le travail, et optez plutôt pour quelque chose de plus ouvert et moins axé sur la vie professionnelle comme :

  • Comment aimez-vous passer votre temps libre?
  • De quoi êtes-vous vraiment fier récemment?
  • Avez-vous prévu quelque chose pour ce week-end?

Vous pourriez être surpris/e par les conversations authentiques et intéressantes qui fleurissent à partir de là. Parce qu'après tout, nos professions peuvent être une représentation facile de ce que nous faisons, mais elles ne racontent certainement pas toute l'histoire de qui nous sommes .


Faites-nous part de vos commentaires! Écrivez-nous sur Twitter (@trello) ou envoyez-nous un petit mot à support@trello.com

À lire également : “Ce n’est pas mon boulot” - les pièges derrière cette phrase anodine

Trello Business Class vous connecte à vos outils préférés, tels que Salesforce, Github et bien d'autres.

En Savoir plus!