Branchez-vous sur une vraie vie minimaliste, sans avoir peur de tout louper

Vie minimaliste

Il y a quelques mois, j'ai eu un déclic : il fallait absolument que je fasse une cure de désintoxication numérique. Entre mes collègues qui suggéraient gentiment que je prenne un peu de repos et ma décision d'abandonner les lunettes en ayant recours à la chirurgie au laser, je ne pouvais plus ignorer qu'il était temps pour moi de repenser ma relation avec la technologie.

Récemment encore, la plupart de mes journées commençaient avec une régularité alarmante. Je me levais aux aurores (heure préférée du petit-déjeuner de mon chien) et vérifiais mon téléphone immédiatement - en enchaînant au bas mot 14 heures à jongler entre les smartphones, les tablettes et les ordinateurs portables… oui, oui, tous au pluriel.

Je ne suis que l’un des milliards d’individu aux prises avec la même routine sous contrôle numérique. Jusqu'ici, en 2018, le temps moyen passé sur les écrans dans le monde oscille autour de 7,7 heures par jour. L'utilisation d'Internet en particulier a augmenté de plus de 209% au cours des huit dernières années.

Face à mon équipe qui me tannait depuis une semaine et à mes nouveaux yeux 20/20 me suppliant de faire une pause des écrans rétro-éclairés, j’ai bien dû débrancher. Mais cela ne s’est pas fait sans efforts. Et ce que j’ai pu découvrir durant ce cheminement, c’est qu'une vie numérique minimaliste consiste tout autant à limiter le temps passé devant un écran qu’à arrêter d'envoyer des textos en plein milieu de la nuit.

Quand Internet vous rappelle à l´ordre

Nous utilisons la technologie depuis suffisamment longtemps pour que nous sachions, de façon assez scientifique, que passer trop de temps devant un écran est un risque pour la santé :

  • Mesurer la réussite et le bien-être en se basant sur les médias sociaux affecte négativement notre bonheur, notre niveau de stress et notre estime de soi.

  • D'un point de vue physique, une utilisation excessive des dispositifs technologiques peut causer de nombreux maux tels que fatigue oculaire, « text neck » ou cervicalgies des textos, insomnie, ou encore «mal des transports numérique» - et non, ce n'est pas une blague.

  • L'utilisation accrue du chat et des textos pour communiquer réduit notre capacité à lire les émotions et à interagir avec empathie.

  • Les notifications constantes nous conditionnent à réagir de manière compulsive avec nos téléphones, provoquant une anxiété constante bien que modérée, qui entraîne encore davantage de détresse physique et émotionnelle. Oubliez le FOMO (« Fear Of Missing Out », ou, en français, « Peur de rater quelque chose ») !  Maintenant, selon les défenseurs d´une vie numérique minimalisme, le véritable facteur de motivation pour diminuer son temps d'écran, c'est le FOBO (« Fear Of Burning Out », ou, en français « Peur du Burn-out »).

Vie minimaliste

Notre réalité numérique est la suivante : interagir avec les écrans n’a rien de nouveau. Et peu importe ce que les dernières publications nous disent : nous allons tous regarder des rectangles rétro-éclairés, des vues numériques globales à travers des lunettes de réalité virtuelle, des hologrammes de réalité augmentée, etc., pour le reste de nos jours. Nous devrions penser notre usage des technologies comme un marathon, et non pas comme un sprint.

Alors pourquoi ne pensons-nous pas (y compris moi) la modération digitale comme une compétence essentielle à maîtriser, au même titre que tant d'autres ?

La vraie définition d’une vie numérique minimaliste

Prendre en main notre utilisation des appareils numériques commence par comprendre ce qu'est une vie minimaliste. Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus, également connus sous le nom de The Minimalists, nous en expliquent la philosophie :

«Le minimalisme est un mode de vie qui aide les gens à s’interroger sur ce qui ajoute réellement de la valeur à leur vie. En éliminant le superflu de nos vies, nous pouvons tous faire place aux aspects les plus importants de la vie: la santé, les relations, la passion, l'épanouissement et la contribution à la vie sociale. "

Le minimalisme n'est pas un concept nouveau, comme l'observe le professeur d'informatique Cal Newport. La nouveauté de cette théorie, c´est que les défenseurs du minimalisme et les leaders d'opinion utilisent des technologies telles que les blogs, les médias sociaux et les podcasts pour éduquer et fortifier la quête d’une vie minimaliste – ces outils mêmes qui de nos jours comptent parmi les plus importantes sources de désorganisation, de superflu et de surconsommation pour tout un chacun.

Il a en outre défini le terme de minimalisme numérique :

«Le minimalisme numérique est une philosophie qui vous aide à vous demander quels outils de communication numériques (et les comportements qui vont avec) ajoutent le plus de valeur à votre vie.»

Adopter un mode de vie minimaliste avec la technologie ne consiste pas seulement à désencombrer votre bureau virtuel, et il ne s'agit en aucun cas de rationaliser ses mots de passe. Comme le souligne Newport, il ne tient qu’à nous d’éliminer les «tumultes numériques de faible valeur» et d’optimiser votre utilisation «des outils qui en valent vraiment la peine ».

En abordant le temps d’écran dans cette perspective, il est possible à la fois de:

  1. Réduire le temps passé sur des supports numériques non productifs ou angoissants, et

  2. Prendre le temps d'interagir avec la technologie qui donne du sens et de la valeur à votre vie.

Lorsque vous adopter une approche numérique minimaliste dans votre vie, il n’est pas nécessaire d’avoir peur de passer à côté de quelque chose. En fait, dédier quelques heures à faire le ménage dans tout ça vous laissera plus de temps pour rester connecté aux activités, réseaux et applications les plus importants.

En bref, la pratique du minimalisme numérique vous donne plus de temps pour vous consacrer aux activités qui vous intéressent le plus.

Réduire le désordre mental

L'objectif des stratégies de «réduction» suivantes est de fixer des limites cohérentes entre le temps «en ligne» et le temps «hors ligne» afin que votre accès à la technologie soit normalisé pour vous-même et pour ceux avec qui vous interagissez sur les supports numériques.

  • Matinées sans technologie: c’est une stratégie que j’ai mise en place pour commencer chaque journée par une approche équilibrée de mon temps d’écran. Jusqu'à ce que je m'assoie devant mon ordinateur pour travailler, j'évite de regarder mon téléphone, de prendre ma tablette ou d'allumer la télé. Au lieu de cela, je sors faire une promenade avec mon chien, je prépare le petit-déjeuner (en le mangeant sans distraction numérique) et me prépare pour la journée. Cette stratégie me libère au moins une heure loin des écrans, et rend le temps personnel d’utilisation en fin de journée encore plus motivant.

  • Avoir moins (d'applications) pour faire plus : il existe une «solution logicielle» pour pratiquement tous les problèmes, mais la gestion des activités sur des dizaines d'applications peut ralentir votre productivité et vous submerger de notifications. En centralisant vos tâches perso et pro, par exemple, dans un endroit comme Trello, vous restez concentré plus longtemps et réduisez le nombre d'applications dans votre routine.

  • Tâches numériques en mode tir groupé : le fait de jongler entre les onglets du navigateur, les applications ou les travaux sur votre ordinateur est appelé dans le jargon informatique « commutation de contexte » et constitue une perte de temps. Prévoyez des plages-horaires dans votre emploi du temps pour effectuer vos tâches numériques d’une seule traite. Le courrier électronique est un excellent point de départ: réservez une demi-heure au début et à la fin de votre journée pour lire vos mails et y répondre. En éliminant toutes ces perturbations, bien que courtes, durant votre journée, vous serez en mesure de vous concentrer plus intensément sur chaque tâche à accomplir.

  • Contrôle des dings et des dongs : accéder aux paramètres de vos appareils pour créer des notifications et des mises à jour plus manuelles : cela peut s'avérer très utile pour réduire les "actualisations" à tout va. Par exemple, configurez vos boîtes de réception pour éviter d’avoir des notifications à chaque fois que vous recevez un mail. Au lieu de ça, configurez une mise à jour manuelle de vos boîtes de réception. Sur mes applications préférées, j’ai l’habitude de privilégier des notifications centralisées comme c’est le cas par exemple avec la page d’accueil de Trello, pour optimiser l’accompagnement des mises à jour importantes. Vous pouvez également tirer parti de vos mises à jour de statut dans les médias sociaux, les applications de chat ou même votre signature électronique pour communiquer aux personnes les périodes où vous êtes disponible / où vous répondez à vos messages.

Il n'y a pas de fin aux trucs et astuces utiles pour lutter contre les distractions compulsives liées aux dispositifs (une habitude appelée par les deux compères Minimalists « Twitch », ou, en français, convulsion). Certaines personnes conseillent de mettre votre téléphone en mode avion lorsque vous ne voulez pas être distrait ou d'appliquer un garde-fou qui vous aide à limiter les dégâts causés par toutes ces minutes perdues à "vérifier une dernière chose" sur votre téléphone ou votre ordinateur avant de clôturer votre journée définitivement. Comme Cal Newport, vous aurez peut-être besoin de bonnes raisons pour quitter les médias sociaux pourtant si omniprésents :

 

Essayez-en une ou deux et intégrez-les à votre routine pendant une quinzaine de jours avant de décider s’ils vous sont utiles ou non. Les habitudes sont difficiles à changer !

Priorisez : utilisez la technologie à bon escient

L’autre aspect d’une vie minimalisme numérique consiste à optimiser notre temps face aux écrans. Voici quelques stratégies à adopter et qui vous aideront à voir la technologie comme un outil permettant d’apporter une valeur ajoutée à votre vie, plutôt que de la laisser prendre le contrôle de votre vie.

  • Choisissez vos actualités: c’est trop facile de se laisser submerger par le volume impressionnant d’actualités et d’articles publiés au quotidien. Consommez les informations avec parcimonie en prenant le temps de les organiser : réduisez vos abonnements aux bulletins d’informations, créez des listes Twitter ou personnalisez votre appli Actualités. Bien sûr, vous choisissez quelles infos vous voulez recevoir, mais le contenu peut vous aider à rester concentré sur vos objectifs, vous donner un élan émotionnel ou vous aider à apprendre quelque chose de nouveau et d'intéressant à partager lors de votre prochaine soirée.

  • Humanisez les relations lorsque cela est possible : la communication basée sur l’écrit est omniprésente, mais pourquoi ne pas miser sur une réunion à distance pour votre prochaine réunion ou discussion informelle ? Des recherches ont montré qu'une requête faite personnellement rencontrait 34 fois plus de succès qu'une demande faite par mail. La visioconférence n'a d´ailleurs pas besoin d´être l´apanage du milieu professionnel : rester en contact avec des amis éloignés, essayer un cours de yoga ou un club de lecture…

  • Ne vous contentez pas de consommer … créez : plutôt que d’être spectateur, soyez acteur des sujets qui vous intéressent en mettant la main à la pâte (comme le recommande la spécialiste japonaise du rangement, Marie Kondo). En d’autres termes, l’un des principes de l’approche de Cal Newport à l’égard du minimalisme numérique est que «l’activité prime sur la passivité». Si vous aimez explorer de nouveaux types de technologie, apprenez à coder. Si vous aimez un journalisme plein d'esprit, essayez de tenir un blog. Si vous aimez discuter avec des amis, enregistrez ces conversations et appelez cela un podcast. Vous aurez une autre relation avec vos appareils lorsque vous les utiliserez comme support de créativité pour développer de nouvelles compétences.

Toutes ces stratégies de minimalisme numérique ont un objectif commun : vous responsabiliser face à votre temps d’écran, au lieu de le laisser prendre les rênes de votre vie. Si vous aimez Instagram, faites-en une priorité. Si votre groupe de discussion vous rend nerveux ou si l'accès au courrier électronique professionnel sur votre téléphone perturbe votre dîner, oubliez-les. N’attendez pas que votre corps vous réclame une pause, comme le mien, pour diminuer votre temps d’écran !

À lire également : Comment stimuler son cerveau sans avoir besoin de prendre des vacances

Trello Business Class vous connecte à vos outils préférés, tels que Salesforce, Github et bien d'autres.

En Savoir plus!